Première association de défense des habitants
Première association de défense des habitants

 

NON AUX EXPULSIONS SANS RELOGEMENT A HARNES

  • Décembre 2012

 

A la veille de la trêve hivernale, le Maire, Philippe DUQUESNOY, a autorisé l’expulsion d’un couple sur la commune, sans poser l’exigence d’un relogement de celui-ci.

 

Depuis le 30 octobre, deux êtres humains de plus vivent dehors, sur le territoire de notre commune.

 

A l’heure des difficultés grandissantes des familles pour boucler les fins de mois et pour payer les factures, à l’heure de l’austérité décrétée par l’Europe et maintenue par le gouvernement socialiste qui pourtant avait promis le changement s’il prenait le pouvoir, nous crions, par cette pétition, notre indignation et notre refus des expulsions sans relogement.

 

Cette pratique est d’un autre âge, nous ne pouvons la tolérer !

 

Harnes a toujours été, de tradition, une ville de solidarité et de fraternité. Nous ne pouvons laisser expulser nos voisins sans rien dire.

Actuellement, sans l’intervention des seules associations caritatives locales, ce couple n’aurait même plus accès à un repas chaud quotidien, le service logement ayant jusqu’à ce jour refusé de se mobiliser pour qu’une solution décente d’accueil d'urgence soit trouvée.

 

Cette situation est intolérable !


La pétition qui accompagne ce texte a pour objectif d'interpeler les élus locaux et le sous-préfet qui ont le pouvoir de proposer, compte-tenu de l’urgence de la situation, une solution rapide pour ce couple.

Elle est initiée par un collectif de citoyens et d’associations qui demandent une réelle prise de l'urgence sociale et qui souhaitent un retour aux vraies valeurs d'humanité, de solidarité et de fraternité.

 

http://www.activism.com/fr_FR/petition/non-aux-expulsions-sans-relogement-a-harnes/41046

Recommandez cette page sur :

Dans le prochain numéro de notre journal Logement et Familleretrouvez un dossier passionnant sur la copropriété "Syndics et vente HLM : le casse du siècle" ainsi qu'une tribune sur le mouvement social actuel et un point sur Airbnb, le fléau de la location touristique.

 

Vous abonner

Nombre de visiteurs: